Deutsch
 
Quand la vie ne tient qu'à un (coup de) fil
un seul numéro:

144

Accueil > Forces d'intervention > Hélicoptères
Présentation des hélicoptères

En Valais, la montagne débute dans la plaine du Rhône. L’histoire du sauvetage aérien confirme ce dicton. En effet, si le premier hélicoptère mis à la disposition d’Hermann Geiger par la Garde aérienne de sauvetage (actuelle REGA) en 1957 était destiné aux montagnards, les machines actuelles interviennent dans tout le canton et sont un maillon indispensable de la chaîne des secours

Passionnés par les montagnes et l’aéronautique, nos pionniers font évoluer rapidement le sauvetage aérien valaisan. En 1965, Bruno Bagnoud fonde Air-Glaciers et trois ans plus tard, Beat Perren crée Air Zermatt. En collaborant activement avec les guides de montagne, pilotes et autres acteurs du sauvetage, dont le savoir-faire n’est pas négligeable, les deux compagnies mettent au point des techniques et du matériel spécialement destinés aux interventions héliportées.

Depuis les débuts, ces deux entreprises se partagent le ciel valaisan des secours. Pendant la haute saison, les deux compagnies mettent à la disposition des habitants du canton huit machines médicalisées avec à leur bord, un pilote, un ambulancier et un médecin (normes IAS). Les deux équipiers sanitaires maîtrisent toutes les connaissances qu’exige une intervention héliportée et sont capables d’intervenir dans des terrains difficiles.

L’hélicoptère est devenu un moyen incontournable des secours valaisans. La centrale 144 de l’OCVS peut l’engager pour une intervention en montagne, dans un village éloigné, sur une piste de ski, dans un terrain difficile d’accès, ou encore lors d’un transfert urgent. Son aide est aussi requise pour rechercher des personnes ou acheminer guides, conducteurs de chiens, sauveteurs et matériel sur site, lors d’un événement sanitaire majeur ou d’une avalanche.

Air-Glaciers et Air Zermatt sont des entreprises privées ne pouvant vivre uniquement de sauvetages. Pour assurer leur budget, elles ravitaillent les cabanes, transportent du matériel et des personnes, assistent les pompiers lors d’incendies de forêts, déchargent les agriculteurs de certains travaux etc.

De plus, via leur structure de formation respective « Alpine Rescue Center » ou « Maison FXB du sauvetage », les deux entreprises de sauvetage offrent des cours pour novices ou professionnels.

Ces diverses activités ne péjorent pas la qualité de leurs interventions, bien au contraire, en effectuant ces différentes missions, les pilotes et les auxiliaires de vol engrangent un savoir-faire précieux. 

Air-Glaciers

En 1965, Bruno Bagnoud fonde l’entreprise Air-Glaciers SA. 30 ans plus tard, le secteur « secours » est encore renforcé grâce à la création de la Maison François-Xavier-Bagnoud (FXB) du sauvetage. Avec ses trois bases valaisannes de Gampel, Collombey et Sion, Air-Glaciers intervient principalement dans le Valais romand.

Lors d’une intervention exigeant la présence d’hélicoptères, Air-Glaciers met à la disposition de la centrale 144 de l’OCVS quatre à cinq machines et leur équipage en haute saison mais un seul durant la basse saison. Toutefois, en cas de grand problème, le nombre d’hélicoptères peut être augmenté.

Pour mener à bien les missions confiées par la centrale 144 de l’OCVS, Air-Glaciers et la Maison FXB du sauvetage peuvent compter sur cinq sauveteurs spécialisés bénéficiant d’une formation de guide de montagne et d’une formation d’ambulancier IAS. En cas de besoin, sept guides auxiliaires dont deux médecins viennent renforcer l’équipe principale. De plus, des médecins du GRIMM assurent une permanence de 24 heures sur 24 à la base de Sion, d’où ils sont prêts à décoller.

Bien entendu, pour pouvoir arriver sur les lieux de l’intervention et travailler correctement, il faut ajouter au team « sauvetage » des pilotes, des assistants de vol et tout le personnel au sol qui s’occupe des hélicoptères ou de l’administration.

Pour les aider dans leurs tâches, les sauveteurs d’Air-Glaciers peuvent compter sur une flotte d’hélicoptères de différents types, mais répondant aux demandes spécifiques du sauvetage héliporté.

En cas d’événement sanitaire majeur ou de grande avalanche, les hélicoptères d’Air-Glaciers peuvent très bien être appelés à franchir la Raspille pour collaborer avec leurs collègues d’Air Zermatt. 

Air Zermatt

Fondée en 1968 par Beat Perren pour porter rapidement secours aux naufragés de la montagne, Air Zermatt a bien grandi depuis l’arrivée de la première Alouette III au pied du Cervin. L’entreprise intervient principalement dans le Haut-Valais depuis ses bases de Zermatt, Gampel et Rarogne.

Air Zermatt met à la disposition des hôtes et des habitants du Haut-Valais deux hélicoptères médicalisés durant la basse saison et quatre en haute saison. Bien entendu, ce dispositif est flexible, le nombre d’hélicoptères et le secteur géographique d’intervention peuvent être modifiés, en cas de besoin.

Entreprise pionnière Air Zermatt a développé plusieurs techniques et outils de sauvetage en montagne tel le trépied facilitant le sauvetage en crevasse et ou la gaffe qui permet de tirer d’affaire des personnes en détresse sous un rocher surplombant.

Les 65 collaborateurs d’Air Zermatt répartis sur les bases de Gampel, Rarogne et Zermatt ont à leur disposition une flotte moderne de 9 hélicoptères de conception différente, mais adaptés à toutes les facettes du sauvetage héliporté.

Air Zermatt travaille aussi avec la station de secours locale. Cette collaboration permet à la compagnie de sauvetage de s’appuyer sur l’excellente formation des guides de montagne et de pouvoir compter sur ce groupe pour une intervention terrestre, lorsque la météo ne permet pas à l’hélicoptère de décoller par exemple.

La renommée des hélicoptères aux étoiles rouges et blanches est internationale. En effet, « l’Award de l’héroïsme », qui est la plus haute distinction internationale dans le monde de l’aviation a été décerné 3 fois à Air Zermatt.

Médecins intervenant à bord d’un hélicoptère

Conformément aux critères de l’IAS, l’équipage d’un hélicoptère médicalisé se compose d’un pilote, d’un ambulancier et d’un médecin. Afin que ce dernier ne soit pas une charge mais bien une aide, le médecin d’un hélicoptère est non seulement un excellent médecin urgentiste, mais encore une personne capable d’évoluer et de prodiguer les premiers soins à une victime dans les lieux les plus invraisemblables.

Avant la création de l’OCVS, les secours en montagne dépendaient de la police cantonale valaisanne. Dans les années 60, une convention existait entre la police et les hôpitaux de Sierre et de Sion : les médecins « montagnards » de ces établissements quittaient leur poste en cas de besoin et rejoignaient les gendarmes-guides pour les interventions héliportées. Dans les années 80, Jacky Michelet au nom de la  Commission cantonale des secours en montagne demande qu’un groupe de médecins aptes à intervenir en montagne soit mis sur pied. Il est entendu et le GRIMM (groupe d’intervention médicale en montagne) voit le jour en 1981. Le Valais romand peut désormais compter sur des médecins, aussi à l’aise sur une arête rocheuse, que suspendus sous un hélicoptère.

La création de la Maison FXB du sauvetage a permis de rassembler sous un même toit, guides, pilotes d’hélicoptères et médecins urgentistes. Ces derniers, selon un tournus, assurent une garde de 24 h. / 24 à la base de Sion et lorsqu’ils ne volent pas ces médecins-sauveteurs roulent… En effet, la bonne marche du SMUR de Sion est aussi de leur ressort. Ces médecins multi-facettes ne travaillent pas à plein temps à la Maison FXB du sauvetage, une fois leur garde terminée, ils retrouvent leur cabinet.

Air Zermatt de son côté n’a pas attendu la fondation du GRIMM. Depuis 1973,  des médecins assurent une garde et sont présents à la base héliportée 24 h. / 24. Ils sont tous médecins urgentistes ou anesthésistes et bien sûr connaissent parfaitement la haute montagne et le travail avec l’hélicoptère. A l’instar de leurs collègues du Bas-Valais, ces intervenants des secours ne sont pas employés à 100 % par Air Zermatt : une fois leur temps de garde terminé, ces intervenants rejoignent leur unité de soins intensifs respective.

A voir aussi

Liens

Air-Glaciers SA
Air Zermatt
GRIMM